Chargement Évènements

« Tous les Évènements

ALTO OSTINATO

30 mai-20:00 - 21:30

12€ à 20€

BILLETTERIE


Un troublant tour d’Europe …

PROGRAMME

Alexandre Glazounov, Elégie op 44
Johannes Brahms, Scherzo F.A.E
Maurice Ravel, Pavane pour une infante défunte
Robert Schumann, Marchenbilder op 113, Nicht schnell, Lebhaft, Rasch, Langsam mit melancholischem Ausdruck
Nino Rota, Intermezzo
Zoltán Kodaly, Adagio
Frank Bridge, Two pieces , Pensiero et Allegro appassionato

L’altiste Antonin Le Faure et le pianiste Victor Metral nous entraînent dans un troublant voyage en Europe. Explorant un temps onirique mais avec des accents souvent mélancoliques, ce sont quelques œuvres majeures du répertoire pour cet instrument à cordes et piano – encore trop marginal – que ce duo défend obstinément.

Ainsi les enivrants Contes de fées, « Märchenbilder » de Robert Schumann incarnent dans un dialogue brillant entre l’alto et le piano, une vision romantique du monde, que Johannes Brahms ne démentira pas avec son Scherzo F.A.E. (issu de la citation « Libre mais seul » du violoniste et altiste Joseph Joachim proche des deux compositeurs). Dans son Elégie, le Russe Alexandre Glazounov offre à l’alto – qui peut s’abandonner – un thème méditatif très ondulant. Au XXe siècle, l’alto s’enracine et s’émancipe avec le Hongrois Zoltán Kodaly hantant les campagnes en compagnie de son camarade Belà Bartok qui donneront des pages éblouissantes à l’alto dont cet Adagio (1905) aux arabesques virtuoses et au lyrisme très brahmsien. A la même époque, l’altiste et compositeur anglais Frank Bridge – qui fut le professeur de Benjamin Britten – écrit deux pièces fortement contrastées et saisissantes qui explorent radicalement les timbres profonds de l’alto et offrent des sensations furtives croisées entre les deux instruments. Si Maurice Ravel n’a rien écrit pour l’alto, cet oubli est magnifiquement réparé et opportun dès 1929 avec une pure transcription par l’altiste – père de l’alto russe moderne – Vadim Borissovski. Dans Pavane pour une infante défunte, l’instrument au registre médium donne des couleurs et harmoniques lumineuses sans jamais dramatiser ni trahir ce « tube » planétaire. Plus proche de nous, l’Italien Nino Rota, célèbre compositeur de musique de film dont « La Strada » notamment, oublié dans ce répertoire classique précoce, écrit en 1945 un Intermezzo, succession variée et inspirée d’épisodes de danses, romances, marches et airs mélancoliques. Obstinément alto et piano !


BIOGRAPHIES

Né en 1995, Antonin Le Faure débute l’alto à l’âge de sept ans. Formé au CNSM de Paris dans les classes de Pierre-Henri Xuereb et Jean Sulem, il suit notamment les conseils de Nobuko Imai, Gérard Caussé, Garth Knox. Passionné de musique de chambre, il joue notamment avec des partenaires tels que les quatuors Abel et Elmire, Victor Metral, François Salque, Vincent Gailly, Jean-Claude Van den Eyden… Il se produit au Festival de Lucerne, au Festival Encuentro de Santander, au Festival Pulsar à Copenhague, au Festival Messiaen de La Meije, au Festival “Soirées Romantiques” du Domaine du Rayol ainsi qu’au Festival de Calenzana en Corse où il est par ailleurs directeur artistique depuis 2019 du Festival Corde è Anima dans le Cap Corse. Repéré comme l’un des talents d’aujourd’hui, il est nommé «Artist of Tomorrow» du Bowdoin International Music Festival (Maine, USA) et obtient le 1er prix Jeunes Solistes de la Sorbonne. Soutenu par la Fondation Meyer, la Société Générale ainsi que par la Bourse Berthier de l’Association des Membres dans l’Ordre des Palmes Académiques, il remporte en 2018 le Grand Prix CIC-Michel Lucas. Curieux et désireux de découvrir de nouvelles palettes sonores et de nouveaux univers liant la musique à d’autres formes artistiques, Antonin improvise au sein de plusieurs collectifs et défend également la viole d’amour ainsi que l’alto baroque.

Victor Metral est titulaire de trois masters du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris – Piano (dans la classe de Michel Dalberto, Claire-Marie Leguay, Bruno Rigutto et Anne Queffelec), Musique de Chambre (dans la classe de François Salque) et Accompagnement Vocal (dans la classe d’Anne Le Bozec et Emmanuel Olivier) – du Diplôme d’Artiste interprète (dans la classe de Michel Dalberto) et de plusieurs Premiers Prix nationaux  et  internationaux, Victor Metral a développé un repertoire considérable en jouant depuis l’enfance avec son frère violoniste et sa soeur violoncelliste. Sa maturité musicale en fait aujourd’hui un des pianistes de référence de sa génération. Grand romantique et interprète moderne engagé dans les compositions actuelles, c’est un musicien puissant, secret, immensément inspiré. En musique de chambre avec le trio Metral, ii remporte en 2017 le Premier Prix du concours Joseph Haydn à Vienne ainsi que les deux Prix spéciaux pour la meilleure interprétation des Trios de Haydn et Prix du public à la suite de quoi ils sont invités a se produire en 2017 au Konzerthaus et au Musikverein à Vienne et en 2018, au Royal Albert Hall à Londres. Le Trio Metral enregistre pour le label Aparte les deux trios de Mendelssohn : le disque est gratifié en 2020 de 5 diapasons et 5 étoiles de Classica. En 2021 le Trio Metral sort un disque consacré aux 2 trios de Chostakovitch et Weinberg couronne de succès avec le label La Dolce Volta. Avec Lilian Meurin, un des euphoniumistes les plus doués de sa génération, Victor enregistre un disque de musique française étonnant et spectaculaire : « Poèmes », avec le label lndesens, largement consacré au jeune compositeur Gabriel Philippot. En 2023 ii sortira un disque création consacré à la musique d’aujourd’hui avec l’altiste Guillaume Leroy et le label NoMadMusic.

Détails

Date:
30 mai
Heure :
20:00 - 21:30
Prix :
12€ à 20€

Lieu

L’Accord Parfait
47 rue Ramey
Paris, 75018